Travail du Bois mort

Stage animé par Francisco Ferreira

Lezoux  2018 et Tours 2020

Avant toute intervention, déterminer le passage de la sève en repérant la démarcation entre le bois vivant et le bois mort. Pour cela, enlever les bords secs de cette zone, propice au développement de la pourriture. Bien mettre en évidence l’arrondi du bourrelet et donner des petits coups de couteau sur la veine à distance irrégulière afin de donner du mouvement à la veine. Zone vivante   Bien suivre le chemin de sève afin de comprendre quelles branches sont alimentées. Si le chemin est étroit, surtout ne pas le couper sinon les branches alimentées mourront.

Penser à affiner la démarcation de la cicatrice / bord de la cicatrice.

                                       ↓                               ↓        

Détermine le passage de la sève.                     Correspond à la « peau » sèche.   

Avec un canif, nous soulevons les morceaux d’écorces sèches qui sont néfastes pour l’avenir du bois mort. La partie vivante est ainsi mise à jour.

Cette première étape du travail permet d’éviter à l’humidité de stagner sous cette fine couche d’écorce peu étanche, pour que les champignons et pourritures ne s’installent pas.

Brosser, nettoyer, et exposer le bois mort au soleil.

A la sortie de l’hiver, les UV vont progressivement blanchir le bois au naturel.

Un feuillu ne se travaillera pas de la même manière qu’un conifère.

Chez les feuillus, le bois mort est souvent creusé (Sabamiki) car dans la nature, le bois se décompose plus vite.

Pour les conifères, le bois mort se transforme en Jin, shari et écorçages. Dans la nature, le bois se conservera plus longtemps grâce à la résine. Pour un résultat réussi : En premier,

  • Ne jamais faire une coupe lisse, toujours laisser de la matière pour travailler ensuite le bois mort. 
  • Laisser vieillir le bois au moins 1 an avant de le travailler.
  • Créer des dates différentes de vieillissement sur le bois mort (le chalumeau sera très utile pour rendre un tel effet, et en créant des épaisseurs).Cela suggère une notion de date ; d’histoire de l’arbre = il nous raconte plein de choses. 
  • Le travail de bois mort va se faire en plusieurs étapes que ce soit sur le bois mort ou sur du bois vivant. 
  • Laisser passer le temps sur un premier travail, l’hiver, la pluie, le soleil vont œuvrer, provoquer des fissures transversales puis dans tous les sens (nécessitent au moins 3 années). 
  • Agrandir les fissures déjà existantes. 
  • Faire des trous/cavités. 
  • Bien contourner les départs de branches rencontrées et creuser un peu autour, cela donne du relief 
  • Changer de méthodes : parfois tirer le fil pour finir en V, parfois faire des arrêts bruts en coupant à l’aide d’une pince. 
  • Toujours travailler de façon irrégulière, asymétrique. 
  • Sur un bois lisse, créer du relief
  • Dans l’idéal, le travail doit se faire à la main (éviter les machines qui laissent des traces peu naturelles et souvent difficilement récupérable).Il sera nécessaire de se munir de ciseaux à bois ou gouges (pas besoin de les affuter); canif ; maillet ; chalumeau et briquet; brosse de laiton ; une sangle. Attention, il faut rester maître de son outil (pour soi et pour l’arbre), bien positionner les ciseaux, gouges…
  • Eviter le liquide à Jin qui rend le bois mort inesthétique et artificiel. Le bois mort est stoppé dans l’évolution de son vieillissement.

- Recette de Francisco Ferreira pour un rendu plus naturel du bois mort:

1c à café environ de Siccatif + huile d’amande douce + 1c.café ou plus de Térébenthine pour diluer l’ensemble →mélanger le tout →notre produit est prêt à  l’emploi.

    Besoin d’1 pot en verre + 1 pinceau pour appliquer le produit + chiffons.    

Avec cette recette le bois mort restera protégé, et va continuer à évoluer/à vieillir.    

Pendant l’application du produit, penser à protéger le sol/ les racines car la Térébenthine est toxique pour l’arbre.     Cette préparation est à appliquer de haut en bas.     Tamponner le bois mort pour que le produit rentre bien.    

Après application, le bois mort aura un aspect noirci car notre produit reste humide.    

Il est difficile de donner un ordre de grandeur, mais la durée du produit peut être de plusieurs années ; d’un certain temps !    

 Le siccatif est à poser sur des zones jugées terminées ou sur des zones fragiles (en contact avec le sol) craignant la pourriture.  

La sableuse donne de bons résultats, donne un aspect naturel au bois. Mais cette technique est abrasive. Elle demande du matériel plus onéreux (besoin d’un compresseur assez puissant…). Technique contraignante (installation d’un espace d’isolement pour opérer; protéger toutes les parties de l’arbre non soumises au sablage…). Une technique qui peut être dangereuse pour l’arbre mais aussi le bonsaïka: risque de blessures sérieuses. Remarque: le bois mort du buis se comporte comme le bois mort de l’olivier.

 

 

Créer le bois mort à partir de la portion du milieu : Bois mort 4

 Bois mort 5   

En général, nous « tirons » les fibres du bois du haut vers le bas pour réaliser notre bois mort.

Alors que Francisco Ferreira sculpte le bois mort en épluchant des portions dans la zone du milieu, du bas vers le haut. La pointe du haut qui en résulte après épluchage, tombera par la suite. Le résultat sera plus gracieux à long terme.

Durant ce travail, le maniement du chalumeau, et de la brosse en laiton est indispensable. Le chalumeau va permettre de travailler les « peluches »du bois mort = les petits bouts de fibres de bois qui restent en l’état. La flamme du chalumeau va durcir le bois ; faire recroqueviller des lambeaux de bois… Dès que le résultat escompté est obtenu avec le chalumeau, on passe immédiatement la brosse en laiton sur la zone « cramée » pour enlever la suie noire et les cendres qui en résultent →

cela va générer des zones de couleurs différentes sur le bois mort, et donc rendre le bois plus expressif ; suggérer une notion de dates différentes.

Cela donne un très beau résultat.

 

 

Laisser un commentaire

 

ASDAV |
sou des écoles laïques de S... |
Top Essonne |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Association B et Ph LAFAY- ...
| azerti
| Les petits bonheurs du GEM