Marcotage

Par Alain Voiry 

LE MARCOTTAGE

 

Origine

Le marcottage est une ancienne technique Chinoise de multiplication inventée aux environs du 6ème siècle.

 

Les avantages du marcottage

  • démarrer un bonsaï avec un jeune plant plus important, jusqu’à 4 à 5cm de diamètre
  • choisir une partie esthétique de l’arbre mère
  • peut être préformé avant sevrage
  • obtention d’un bonsaï plus rapidement
  • moyen économique d’obtention d’un bonsaï (7 à 10 ans à partir d’un arbre de pépinière de 2,50m de haut)
  • technique est également utilisée pour raccourcir le tronc d’un bonsaï jugé trop haut.

 

Principe du marcottage

 

Il est fondé sur l’interruption provoquée de l’écoulement de sève sur une partie d’un arbre.

2 méthodes existent: suppression complète ou partielle de l’écorce ou pose d’un garrot. Voir tableau en fonction des espèces.

 

Pour survivre la branche ou tronc, doit soit combler la coupure, soit émettre des racines pour puiser humidité et nourriture.

 

La grande majorité des marcottages se font en début de saison de croissance, juste lorsque la sève recommence à monter.

 

Le marcottage est réalisable à peu près sur tout l’arbre, mais les meilleurs résultats sont obtenus juste en dessous d’une ramification de branches (fourche).

 

En règle générale,

  • les arbres à feuilles caduques réagissent mieux au marcottage aérien par enlèvement total de l’écorce dite, technique de l’anneau voir tableau
  • les conifères et les arbres à feuilles persistantes préfèrent la technique de « bandes » (pont) ou du garrot

 

Technique d’écorçage : enlèvement d’écorce / cambium

 

  • Enlever un anneau de cambium, de largeur égale au minimum au diamètre de la branche ou du tronc, sans dépasser 2 fois le diamètre
  • creuser un sillon de 1mm de profondeur à l’aide d’une scie, au milieu de la coupe. Cela évite que le cambium ne se reforme
  • placer dans le sillon, un fil métallique et le serrer fortement. Le diamètre du fil doit être égal à la largeur du sillon
  • découper un disque dans une feuille plastique (pot), en son centre, percer un trou pour laisser passer la branche ou le tronc
  • après avoir créé une ouverture, insérer le disque en appuis au dessus du fil métallique. Cela permet de guider les racines sur les cotés et de protéger les racines lors de la coupe de la branche
  • appliquer de l’hormone d’enracinement sur la partie supérieure de la coupe de l’écorce.

 

Technique de la jupe

  • s’effectue en début d’été. Entailler un cercle dans la branche ou le tronc, puis décoller l’écorce en remontant. L’écorce ainsi détachée sera découpée en lamelles. La 2ème étape consiste à glisser un anneau de fils métallique sous l’écorce pour l’empêcher de se ressouder, Le fil métallique devra être serré.

 

Attention : La technique d’écorçage complet et en jupe sont traumatisante pour l’arbre, les techniques du pont et du garrot sont plus douce.

 

Technique du pont

  • laisser des ponts, bandes d’écorce, de 3 mm, au nombre de 3 minimum. Hauteur d’écorçage identique au diamètre de l’écorçage complet.

 

Technique du garrot.

  • Faire une double attache avec un fil de cuivre, serrer le garrot jusqu’à ce que le fil entame l’écorce.
  • Autres étapes sont identiques à la méthode de l’écorçage.
  • Le temps de formation des racines est plus long de 1 à 2 ans

 

Technique de l’étiolation

  • C’est une technique de préparation de la zone à marcotter, elle permet d’augmenter le taux de réussite.
  • Il s’agit de recouvrir la zone d’écorce que l’on veut enlever, par un ruban opaque, pour provoquer la transformation en écorce sans chloroplaste, une écorce semblable à l’écorce des racines. Cette façon augmente les probabilités de succès, puisque l’écorce étiolée émet des racines avec plus de facilité.
  • Poser le ruban au printemps, attendre le printemps suivant pour pratiquer l’écorçage

 

Les étapes suivantes sont applicables sur toutes les techniques de marcottage

 

Préparer le mélange

Les substrats utilisables sont composés de 

  • 3/4 de mousse de sphaigne + ¼ de tourbe
  • 2/3 de sphaigne avec 1/3 d’akadama (taille 0 /10 mm),

 

Opérations à effectuer ensuite

  • humidifier le mélange 
  • poser une feuille de plastique transparent autour de la marcotte en formant un entonnoir ou dans une partie verticale, fixer un pot plastique, une bouteille plastique découpée
  • remplir de substrat
  • si utilisation d’un contenant transparent, recouvrir avec un plastique opaque. Le plastique opaque à l’avantage de facilité la formation des racines et de permettre à celles ci de venir jusqu’au plastique transparent et ainsi de voir l’état d’avancement de la formation des racines.
  • vérifier de temps en temps que le mélanges soit humide. Si nécessaire ajouter de l’eau, pour éviter de bouger l’ensemble, utiliser une seringue.
  • Ne pas tailler la végétation au dessus du marcotage
  • dans un laps de temps de 2 mois à 1 an, des racines vont apparaitre au niveau de la coupure.
  • Attention : si le marcottage doit rester en place durant l’hiver, protéger la marcotte des gelés à l’aide d’un film mousse souple.
  • le sevrage, coupure de la branche ou du tronc est un moment critique, il faut attendre la présence d’un nombre importants de racines pour assurer une meilleure reprise.
  • placez la motte de racine avec le substrat dans un pot et le remplir de tourbe pure ou un substrat contenant 20 à 30% de sphaigne, le reste de tourbe. La tourbe permet de renforcer les racines, elles seront moins cassantes.
  • si la marcotte comporte plusieurs branches et feuilles, réduire leurs nombre pour diminuer les pertes d’eau jusqu’à la reprise.
  • placer la marcotte dans un endroit humide, pas trop chaud
  • laisser la marcotte se développer dans le pot pendant 1 an, donner une alimentation riche en vitamine B1 pour activer la reprise. Ne pas apporter d’engrais
  • la seconde année, placer dans un récipient plus grand ou en pleine terre. Le travail de formation ne commencera pas avant la 3ème année.

 

Sur tronc de bonsaï existant,

  • faire une incision de 3 à 5mm de large, creuser une gorge jusqu’à l’aubier.
  • appliquer de la poudre d’enracinement sur l’incision puis, insérer un fil d’aluminium de même diamètre que la largeur de la gorge et le serrer. La ligature doit être en parfait contact avec le bois et ne pas dépasser, si besoin tapoté avec un maillet.
  • former autour du tronc, un réceptacle, par exemple avec un pot plastique ouvert et le remplir d’un substrat, celui devra dépasser la ligature de 3 à 5 cm.
  • durant toute l’année suivante, humidifier le substrat sans ajout d’engrais
  • tourner régulièrement le bonsaï vers le soleil pour favoriser le développement régulier des racines, autour du tronc.

 

La partie qui suit, semble risquée et difficile à mettre en œuvre

  • un an plus tard, retirer le manchon et le substrat
  • tailler la moitié des racines, les plus grosses, laisser les plus faibles et le chevelu de radicelles.
  • enlever la ligature puis élargir l’incision à 1 cm, juste au dessous des racines.
  • regarnir de mélanges autour des racines et laisser ainsi 1 année de plus.
  • la 3ème année, couper le tronc juste au dessous des racines

 

Au sol

  • Il se fait simplement sur des espèces aux branches retombantes et souples que l’on plante en terre.
  • Placer un garrot ou faire un écorçage
  • Enfouir cette partie dans un substrat, environ 3 cm au dessous du niveau de celui ci
  • Maintenir en place la branche en l’attachant
  • Maintenir le substrat humide sans ajout d’engrais
  • Laisser raciner avant sevrage comme pour les autres marcottages,

 

Tableau du marcottage

Nom commun Nom botanique Période Tps d’enracinement en mois Méthodes
Arbres à grandes feuilles
Aune ou Aulne Alnus été 1,5 Anneau d’écorce
Buis Buxus printemps 3 Bandes ou garrot
Charme Carpinus été 4 à 5 Anneaux ou bandes
Erable du Japon Acer palmatum été 1,5 à 2 Anneau d’écorce
Erable trident Acer Buergeranium été 2 à 3 Anneau ou bandes
Hêtre Fagus été 3 Anneau ou garrot
Lierre Hedera printemps 2 à 3 Anneau d’écorce
Orme Ulmus été 1,5 Anneau d’écorce
Saule Salix Eté ou automne 1 à 1,5 Anneau
Zelkova Zelkova été 1,5 à 2 Anneau
         
Arbres à fleurs et à fruits
Aubépine Crataegus été 5 à 6 mini Anneau
Azalée Azalea printemps 3 à 4 Bande ou garrot
Camélia Camellia printemps 3 à 4 Bande ou garrot
Caragana Caragana été 2 à 3 Anneau
Cognassier Cognassier Japon Chaenomeles  été 3 à 4 Anneau
Cotonéaster Cotonéaster été 2 à 3 Anneau ou garrot
Fusain Euonymus printemps 5 à 6 Bandes ou garrot
Glycine Wisteria été 1 à 1,5 Anneau
Grenadier Punica printemps 2 à 3 Anneau
Jasmin Jasminum été 3 à 4 Anneau ou garrot
Magnolia Magnolia été 4 à 5 Anneau ou garrot
Pêcher Prunus persica été 4 à 6 Anneau ou garrot
Poirier pyrus été 4 à 6 Anneau ou garrot
Pommier Malus été 3 à 4 mini Bandes ou garrot
Potentille Potentilla été 2 à 3 Anneau ou garrot
Vigne Vitis été 2 à 3 Garrot
Viorne Viburnum été 2 à 3 Bandes ou garrot
         
Conifère
Cèdre Cedrus printemps 3 à 4 mini Garrot
Cryptoméria Cryptomeria printemps 1 à 1,5 Anneau
Cyprès chauve Taxodium distichum printemps 3 à 4 Bandes ou garrot
Epicéa picea printemps 6 mini Bandes ou garrot
Faux cyprès Chamaecyparis printemps 3 à 4 Anneau ou garrot
Genévrier Juniperus chinesis printemps 1 à 1,5 Anneau ou bandes
Genévrier Juniperus autre printemps 4 à 6 Anneau ou bandes
Ginkgo Ginkgo biloba été 3 à 4 Bandes garrot
Mélèze Larix printemps 2 à 3 Anneau ou garrot
Métaséquoia Metasequoia printemps 3 à 4 Anneau ou garrot
Pin Pinus printemps 6 à 24 Bandes ou garrot
         

 

 

Laisser un commentaire

 

ASDAV |
sou des écoles laïques de S... |
Top Essonne |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Association B et Ph LAFAY- ...
| azerti
| Les petits bonheurs du GEM